Le Deal du moment : -26%
-26% Barre de son JBL Bar 2.1 Deep Bass
Voir le deal
199 €
Le deal à ne pas rater :
One Piece TCG: où précommander la display [OP-02] Paramount War en ...
Voir le deal

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1

Aller en bas

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Empty [TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1

Message par kurush Jeu 15 Sep - 17:44

Kaitei Daisensou (PS1) 02.04.2022

Adaptation du hit de Irem sorti en Arcade en 1993, c’est Tushi Jimusho qui se charge du développement de la version PlayStation, Xing Entertainment jouant le rôle d’éditeur. Kaitei Daisensou (« KD ») sort sur 32 bits dans nos contrées courant 1996 sous le nom de « In the Hunt » .

Pour la petite histoire, KD a été développé par une petite équipe d’Irem qui quittera ensuite la firme pour aller fonder le studio Nazca, à l’origine de la mythique série Metal Slug.

Visuellement et techniquement, la filiation avec Metal Slug saute immédiatement aux yeux : le pixel art splendide, l’animation sans faille, le grain typique des productions Irem, la finesse des environnements, la maîtrise totale de la palette de couleurs avec des dégradés superbes. Pour une fois, l’expression « fourmiller de détails » n’est pas galvaudée ! Le niveau de détail des ennemis (les cuirassés notamment), des explosions, des arrière-plans, des éléments destructibles est sans commune mesure… Les boss sont gigantesques et superbement animés, les ennemis de base d’une grande diversité : destroyers, avions, robots amphibies, quelques animaux ici et là (dont une espèce de rascasse/murène des profondeurs assez effrayante)… Ne cherchez pas plus loin : le Pixel Art à son apogée !!!

En jetant un coup d’œil aux photos que j’ai prises au smartphone, vous noterez rapidement que chaque niveau ou presque (sauf peut-être le deuxième stage) présente une couleur dominante :
- Le bleu des fonds marins et le blanc de la banquise pour le premier stage prenant place au Pôle Sud, au beau milieu des cachalots
- Des teintes grises et marrons dans les ruines dont il faut vous extraire (stage 3), poursuivi par un gigantesque golem de pierre
- Les tonalités bleu turquoise de la ville engloutie balayée par les orages, peut-être le plus beau niveau de tout le jeu
- Les couleurs très chaudes (dominante de rouge orangée) de la grotte sous-marine du 5ème niveau, dont les nombreux volcans et chambres magmatiques constitueront un danger omniprésent
- Enfin l’ultime stage qui offre des couleurs gris/bleu du plus bel effet

Au risque de me répéter, KD fait assurément partie des plus beaux jeux 2D auxquels il m’ait été donné de jouer. Le soin apporté à la direction artistique force l’admiration et le respect !

Vous pilotez donc un engin submersible, ce qui apporte un vent de fraicheur par rapport à 99% des autres shmups, se déroulant en général dans les cieux. KD se démarque également par son rythme très posé : ici, pas de scrolling forcé, c’est vous qui le faites défiler (même s’il est impossible de revenir en arrière) et qui imprimez donc votre propre rythme. En résulte un tempo que certains trouveront un peu lent et qui n’avait manifestement pas joué en la faveur de DK à sa sortie, en relisant les tests de la presse spécialisée de l’époque…

Vous disposez de 3 types d’armes : les torpilles latérales (utilisables avec la croix) et les missiles que vous tirez vers le haut et les mines qui s’enfoncent inexorablement dans les abimes (utilisables avec le rond). Une grande partie du gameplay reposera sur la dualité entre les armes et vous obligera à faire des choix : faut-il d’abord vous débarrasser des hélicoptères et navires en remontant à la surface ou bien plutôt concentrer vos efforts sur les sous-marins ? Quoiqu’il en soit, il vous faudra régulièrement remonter à la surface pour neutraliser les ennemis aériens, qui n’hésiteront pas à vous larguer des bombes et autres mines.

L’arsenal semble à première vue un peu limité mais en ramassant certains items, vous pourrez changer de torpilles (classiques / aspirantes / explosives) ou de missiles (autoguidés ou bien qui tirent dans la direction de vos déplacements). Dommage quand même que les armes ne se démarquent pas plus les unes des autres, cela aurait permis d’enrichir considérablement le gameplay. Toutes les cent étoiles (bon courage pour réussir à en récupérer autant sans perdre de continue !), vous récoltez un sous-marin supplémentaire.

Un petit mot rapide sur la bande-son techno, correcte mais dont les compositions ont une fâcheuse tendance à toutes se ressembler… Elles disparaissent derrière les bruitages et explosions assourdissants, ne les mettant pas du tout en valeur… Le thème du boss est par contre plutôt réussi, sans être inoubliable pour autant.

Côté durée de vie, il faut compter une bonne demi-heure pour venir à bout des 6 stages. Mais ce ne sera pas chose aisée, même avec les 5 continues de base (de mémoire). Voici quelques tips (que je n’ai pas testés) issus du Playmag n°5 (Eté 1996) pour vous faciliter la tâche. L’astuce la plus cheatée consistant sans doute à brancher une seconde manette et à appuyer sur le bouton start quand vous êtes à cours de continues avec le sous-marin que vous contrôlez en temps que Player #1. A noter donc que le soft est jouable à 2 simultanément (sans trop de ralentissements, ô joie !), le rendant encore plus bourrin et un peu moins lisible… La contrepartie d’avoir autant d’éléments graphiques et un tel niveau de détail à l’écran sans doute !

http://download.abandonware.org/magazines/PlayMag/playmag_numero005/Playmag%20n%C2%B05%20%28Et%C3%A9%201996%29%20-%20Page%20143.jpg

Cette version PS1 propose quelques ajouts intéressants, dont la possibilité de profiter de musiques réorchestrées ou bien d’un bouclier fort pratique. Si vous n’êtes pas féru de PCBs, privilégiez le jeu sur PS1, la version Saturn étant malheureusement entachée de nombreux ralentissements et des temps de chargement plus longs… KD sur PS1 fait donc partie des rares jeux 2D meilleurs sur la console de Sony que Saturn, avec Castlevania SOTN bien sûr… KD sur PS1 se paie même le luxe de gommer pas mal de ralentissements de la version Arcade.

On pourra reprocher à KD un arsenal un peu limité, un rythme assez lent (mais c’est clairement un parti pris) et la lourdeur du sous-marin. La hitox de votre submersible peut sembler très étendue et donc trop punitive au début mais on finit par se rendre compte avec le temps qu’elle est finalement plutôt réduite. KD a le mérite de se démarquer de la concurrence par son ambiance aquatique, son scrolling non forcé et au risque d’en rajouter une couche, par son esthétique incomparable (qui joue pour beaucoup dans ma note finale). Un shoot sous-estimé à sa sortie qui mérite d’être redécouvert et de faire partie de votre ludothèque si vous aimez le genre.

Ma note : 16.5/20

Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur ce jeu, je vous renvoie vers 2 vidéos très intéressantes :

- Le test complet (version PS1) par Babigui
https://www.youtube.com/watch?v=K71luL0Cn7s

- La vidéo de wahwah sur les origines de Metal Slug (de la 12ème à la 36ème minute) qui revient sur les différences entre les versions Saturn/PS1/Arcade, les sprites et autres éléments graphiques réutilisés ensuite dans Metal Slug
https://www.youtube.com/watch?v=YDXl1-tkUC0

Notes des canards de l’époque :

Consoles + # 50 (Janvier 1996) : 89% (« Cette adaptation propose un mode 2 joueurs sympa, mais peu de niveaux… »)
Présentation 50% Graphismes 92% Animation 79% Musique 70% Bruitages 81% Durée de Vie 80% Jouabilité 75% Intérêt 89%
« Oui, mais… » pour Elvira : « Un genre un peu oublié sur 16 bits remis au goût du jour pour les consoles 32 bits, qui mettent un point d’honneur à nous sortir leurs adaptations de hits d’arcade. Certes, ça fait toujours plaisir de se défouler sur un bon shoot’em up et In the Hunt a vraiment de quoi séduire : les niveaux se succèdent dans les profondeurs aquatiques et le sous-marin peut tirer devant et au-dessus de lui. C’est beau et l’action ne laisse aucun répit, mais le sous-marin n’est pas rapide et les ralentissements pénibles. De plus, dans certains passages, la cohue d’ennemis et de projectiles est telle que votre survie devient très aléatoire… Et puis, c’est bien beau de nous sortir de vieux hits d’arcade mais les jeux sont souvent courts. A quand un shoot’em up tout neuf et interminable sur 32 bits ? »
« Oui ! » pour AHL : « Les maniaques de la gâchette sont gâtés ce mois-ci : Irem sort deux shoot-them-up, Pulstar et In the Hunt. J’avais déjà pas mal joué avec la version arcade de ce dernier, et je suis ravi de remettre ça ‘’at home’’. Plutôt classique, In the Hunt présente quand même quelques innovations en mettant en scène un sous-marin qui tire des torpilles et des mines, ainsi que des missiles lorsqu’il navigue en surface. Un shoot bourrin à souhait, avec des explosions dans tous les coins ! J’aime particulièrement l’attaque du train par le sous-marin (on ne voit pas ça tous les jours !). Elvira trouve que le sous-marin est trop lent ; j’ai essayé de lui expliquer qu’un sous-marin ne peut pas aller aussi vite qu’un vaisseau spatial, mais les filles ne comprennent pas ce genre de choses. »

http://download.abandonware.org/magazines/Consoles%20Plus/consoleplus_numero050/Consoles%20%2B%20050%20-%20Page%20110%20%28janvier%201996%29.jpg

http://download.abandonware.org/magazines/Consoles%20Plus/consoleplus_numero050/Consoles%20%2B%20050%20-%20Page%20111%20%28janvier%201996%29.jpg

Mega Force #48 (Mars 1996) : 80% (Version Saturn)
Son 17 Graphisme 17 Animation 14 Maniabilité 15 Intérêt 14

http://download.abandonware.org/magazines/MEGA%20force/megaforce_numero48/Mega%20Force%20N%C2%B048%20-%20Page%20063%20%281996%20Mars%29.jpg

Playmag Numéro Hors-Série Spécial Playstation (Hiver 1997) : 06/20
« Ce titre est l’œuvre des auteurs de R-Type, l’un des meilleurs Shoot’Em Ups de l’histoire. Malheureusement pour nous, In The Hunt ne lui arrive pas à la cheville ! Le problème ne vient pas de ses graphismes (médiocres mais acceptables) ni du nombre (important) de sprites à l’écran, mais de la célérité de votre engin : un sous-marin frappé d’une lenteur incompatible avec le rythme soutenu imposé par les vagues d’ennemis ! Si l’on ajoute le manque flagrant d’originalité, on obtient au final un jeu des plus frustrants même pour les purs et durs du shoot. »

http://download.abandonware.org/magazines/PlayMag/playmag_numerohsplaystation01/028-029.jpg

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla376

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla377

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla379

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla378

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla381

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla380

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla383

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla382

[TEST] Kaitei Daisensou (In the Hunt) PS1 Colla384

kurush
Adepte officiel
Adepte officiel

Messages : 117
Date d'inscription : 25/08/2022

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum