Le Deal du moment : -25%
PC portable GIGABYTE AERO 16 15.6” Ultra HD ...
Voir le deal
1499 €
Le Deal du moment :
Promo Nike : -25% pour 2 articles achetés
Voir le deal

[TEST] Pinocchio SFC

Aller en bas

[TEST] Pinocchio SFC Empty [TEST] Pinocchio SFC

Message par kurush Jeu 15 Sep 2022 - 17:35

Pinocchio (SFC) 29.01.22

Adaptation du chef d’œuvre de Walt Disney sorti en 1940, Pinocchio voit le jour lors du dernier trimestre de 1996, alors même que le long métrage d’animation était de nouveau à l’affiche au cinéma (en 1995 plus précisément). Comme souvent avec les adaptations en JV des films Disney, c’est Virgin Interactive (responsable du magnifique Aladdin sur MD) qui s’y colle, accompagné de Virgin Studio London (ils travailleront aussi sur les portages MD et GB). Le titre est passé relativement inaperçu à sa sortie, les toutes puissantes PS1 et Saturn ayant déjà quasi totalement éclipsé les dernières productions 16-bits… Il a été édité par Nintendo en Europe et aux US, mais par Capcom au Japon.

Ce qui frappe immédiatement, c’est bien sûr le respect du matériau d’origine. Vous allez ainsi retrouver Pinocchio, Jiminy Cricket (vous l’incarnerez même lors du 2ème niveau), Gepetto, la fée, les méchants emblématiques (les enfants, le cocher, la baleine, etc) et plus généralement toute la trame scénaristique du film, au cours de 9 niveaux qui suivent chronologiquement l’arc narratif :

- Pinocchio doit se frayer un chemin jusqu’à l’école, en évitant les ennemis se dressant sur sa route (Grand Coquin, Gédéon, etc). C’est peut-être le niveau le moins linéaire du jeu, avec ses différentes entrées et sorties, ses propulseurs et tremplins pour dénicher tous les items cachés (les chapeaux de Pinocchio pour les vies supplémentaires, les livres d’école pour les continues et enfin la baguette magique pour regagner de l’énergie). Pas très agréable à parcourir, on a un peu le sentiment d’être perdu au milieu de ses ruelles qui se ressemblent toutes trait pour trait…
- Dans ce court niveau, Jiminy Cricket combat des lucioles sur un réverbère. C’est probablement le plus beau niveau de tout le jeu, et pas loin d’être l’un des plus beaux qu’il m’ait été donné de voir sur SFC. Un véritable dessin animé interactif ! Dommage qu’il soit si court.
- Vient ensuite le stage du théâtre de marionnettes de Stromboli, au cours duquel Pinocchio devra mémoriser les mouvements des pantins afin de les reproduire. Un mini-jeu amusant qui apporte un peu de variété au gameplay.
- L’île aux Plaisirs, subdivisée en 2 parties distinctes. Dans la première, Pinocchio devra sauter de ballon en ballon avant qu’ils n’éclatent, tout en évitant les projectiles lancés par les autres enfants. Dans la seconde, vous vous retrouverez sur des montagnes russes et devrez tantôt vous accroupir, tantôt sonner des cloches pour changer de direction, ou bien encore sauter de chariot en chariot. De très loin le stage le plus frustrant du jeu, où il faut mémoriser par cœur les obstacles. Pas fun pour un sou, préparez-vous à perdre quelques vies (voire continues) !
- Transformé en âne, vous devez parvenir à vous échapper de l’île aux Plaisirs et faire tomber le diabolique cocher de la falaise. Un niveau de plateformes classique, très sombre et bien réalisé.
- Après avoir chuté de la falaise, vous vous retrouvez dans un magnifique niveau sous-marin dans lequel vous partirez à la recherche de Monstro (la baleine qui a avalé votre père adoptif, Gepetto). Vous évoluerez la plupart du temps la tête à l’envers, et devrez ramasser quelques coquillages pour vous lester et ainsi redescendre du bon côté. Plutôt original.
- Un niveau très court au sein duquel vous devrez échapper au cétacé, en vous accrochant de poisson en poisson (vous évoluez au beau milieu d’un gigantesque banc).
- Une fois happé par Monstro, vous devrez récupérer des bouts de bois en détruisant des caisses, puis allumer un feu grâce à une lanterne, vous permettant ainsi de rejoindre Gepetto sur son radeau et de vous échapper du ventre du monstre.
- L’ultime niveau du jeu. Vous évoluez sur un radeau en compagnie de Gepetto. Vous devrez esquiver des rochers en vous accroupissant ou en sautant par-dessus, tout en faisant bien attention de ne pas vous faire avaler par Monstro, sous peine de retourner au niveau précédent (!). Un niveau pas évident, sans doute le plus crispant après celui des montagnes russes.

La direction artistique est clairement le gros point fort du soft, on sent que les développeurs maitrisaient pleinement les capacités de la console (c’est également vrai pour la version MD). La palette de couleurs est riche, les animations sont très travaillées. Le titre fourmille de détails, comme l’évolution physique du personnage, qui se transforme peu à peu en âne. Les musiques, quoiqu’un peu répétitives, sont très fidèles à l’original. On prendrait presque un plaisir coupable à en fredonner certaines d’entre elles.

Côté gameplay, difficile de faire plus basique que ce Pinocchio : un bouton de saut et un bouton « d’attaque », la marionnette en bois effectuant une espèce de vrille. Vous pourrez récupérer au travers des niveaux différentes pages de couleurs afin d’améliorer vos compétences, utiles dans certains stages spécifiques : la blanche pour rester plus longtemps au fond de l’eau, la bleue pour sauter plus haut, la rouge pour tourner plus rapidement sur vous-même et ainsi vous débarrasser plus facilement des ennemis, la jaune pour voler plus haut lorsque vous agrippez un ballon bleu, etc. La jouabilité n’est pas toujours optimale, sans doute la contrepartie d’avoir des animations aussi soignées et décomposées…

Principal défaut du soft, il est très court (une grosse demi-heure) et beaucoup trop facile à plier (malgré la présence de 2 stages un peu plus retors comme je l’ai signalé précédemment). Pinocchio est beaucoup trop résistant, il peut encaisser une dizaine de coups avant de passer de vie à trépas ! En fouillant un minimum, vous trouverez aisément des vies et continues supplémentaires...

En conclusion, un assez bon jeu, dans la lignée des adaptations Disney de l’époque. Un titre convaincant auquel on peut toutefois reprocher sa trop grande facilité, ainsi que sa faible durée de vie. Malgré le fait que les situations se renouvellent sans cesse, il offre une replay value un peu trop limitée à mon avis. Sympathique mais clairement dispensable.

Notes des canards de l’époque :

Consoles + # 57 Septembre 1996 : 88% (version SNIN & MD)
Elvira et Gia avaient testé les versions 16-bits sur une double page. Elles mettaient en avant la variété des actions mais reprochaient à Pinocchio sa trop grande facilité, et conseillaient de le commencer directement en hard. Avec une note finale de 88% (sur les 2 supports), Pinocchio n’était pas passé très loin du Méga Hit…
Présentation 75% Graphismes 92% (90% sur MD) Animation 90% (89% sur MD) Musique 85% (83% sur MD) Bruitages 85% Durée de vie 80% (83% sur MD car jugée « un peu plus difficile ») Jouabilité 92%

Mega Force #53 Septembre 1996 (version MD donc) : 88%

Player One #67 Septembre 1996 : 70%
Leflou le qualifiait de « petit jeu » et lui reprochait « sa faible durée de vie », d’où la note finale assez salée… Pourtant son dernier commentaire était plutôt positif : « En résumé, ce jeu est destiné à un public de néophytes. Il est plaisant, varié et respecte à la scène près le dessin animé de Disney ».
Graphismes 85% Animation 85% Son 75% Jouabilité 80%
Bizarrement, la version MD testée dans le même numéro (par Mahalia en revanche) dans un petit encart en fin de magazine avait obtenu la note de 83%...

Ma note : 13.5/20

[TEST] Pinocchio SFC Colla268

[TEST] Pinocchio SFC Colla267

[TEST] Pinocchio SFC Colla269

[TEST] Pinocchio SFC Colla270

[TEST] Pinocchio SFC Colla271

[TEST] Pinocchio SFC Colla272

[TEST] Pinocchio SFC Colla274

[TEST] Pinocchio SFC Colla273

kurush
Adepte officiel
Adepte officiel

Messages : 179
Date d'inscription : 25/08/2022

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum